Prothèse mammaire

Vous souhaitez réaliser une augmentation mammaire ?

L’ hypoplasie mammaire désigne un volume de seins insuffisamment développé par rapport à la morphologie de la patiente. Elle peut exister d’emblée (seins petits depuis la puberté) ou apparaître secondairement, à la suite d’un amaigrissement important ou d’une grossesse suivie d’allaitement. Elle peut être isolée ou associée à une ptôse.

Qu’est-ce qu’une augmentation mammaire ?

Une plastie mammaire d’augmentation consiste à corriger le volume par la mise en place d’implants (prothèses) derrière la glande mammaire. Chez la patiente très mince, il peut être nécessaire de placer les prothèses mammaires en arrière des muscles pectoraux.

Tout ce qu’il faut savoir sur les prothèses mammaires

L’emplacement de la cicatrice, la situation de la prothèse par rapport au muscle, le type et la taille de la prothèse mammaire sont décidés en consultation en tenant compte du contexte anatomique et des désirs exprimés par la patiente. On parvient ainsi, après un exposé clair des différentes méthodes, à choisir ce qui convient le mieux à chaque cas.

Le galbe du sein s’apprécie au bout du troisième mois et évolue au cours de la première année.

En plus de l’amélioration esthétique, le retentissement psychologique est extrêmement bénéfique. La plupart des prothèses positionnées contiennent du gel de silicone. Les prothèses en sérum physiologique sont maintenant rarement utilisées, en raison du risque important de fuite spontanée du liquide.

La plastie d’augmentation par prothèses permet d’apporter du volume supplémentaire à votre poitrine dans quatre cas : développement insuffisant de la glande à la puberté ( hypoplasie mammaire ), perte de volume après des grossesses avec allaitement, après un amaigrissement ou après la ménopause.

Les prothèses mises en place sont principalement en gel de silicone cohésif à paroi micro-texturée ou lisse.

  • Il existe deux formes de prothèses : anatomiques ou rondes.
  • Il existe trois types de positionnement de l’implant : en arrière de la glande ou rétro glandulaire, en arrière du muscle ou rétro pectoral, et le Dual Plan de Tebbets qui est la technique principalement utilisée. Dans cette dernière, la prothèse est en arrière du muscle pectoral dans la partie haute du sein et au niveau du décolleté. Elle peut également se mettre en arrière de la glande dans la partie basse avec désinsertion des fibres musculaires au niveau du sillon sous-mammaire. La section des fibres musculaires basses permet un bon positionnement de la prothèse. Le galbe dans le pôle inférieur est bien arrondi et une bonne projection du sein dans la partie centrale est constatée.

augmentation prothese mammaire rennesLe choix de la prothèse et le positionnement sont déterminés en fonction de plusieurs critères anatomiques (épaisseur de la glande, épaisseur de la graisse sous-cutanée, excès de peau, vergetures, état du muscle et largeur du buste ainsi que votre taille). Tous ses critères techniques sont très familiers à votre chirurgien qui pourra vous conseiller et vous guider en fonction de vos souhaits et de votre corps.

Dans le cadre du cancer du sein, les prothèses sont utilisées pour la reconstruction mammaire. En aucun, elle n’aggrave ni déclenche un cancer de la glande mammaire.

Elles ne gênent pas la surveillance glandulaire. Celle-ci est réalisée avec une mammographie de type numérisée, une technique très répandue dans la plupart des cabinets de radiologie. Toutefois, il faudra préciser à votre radiologue que vous êtes porteuse de prothèses mammaires.

L’intervention se pratique à tout âge à partir de 18 ans, lorsque la glande mammaire a terminé sa croissance.

Cette chirurgie à visée esthétique est à la charge entière de la patiente et ne peut bénéficier d’une prise en charge par l’Assurance maladie. L’agénésie mammaire vraie (absence radicale de tout développement mammaire) et le bonnet inférieur à A sont les seules exceptions. Il faut toutefois entente préalable et un contrôle par le médecin-conseil de la caisse d’assurance maladie dont vous dépendez.

Comment se déroule une augmentation mammaire ?

  • Lors de la première consultation (qui aura lieu dans mon cabinet, à Rennes), la technique chirurgicale est déterminée et le choix du volume est défini. Il est basé sur les mesures précises de votre buste. Par ailleurs, plusieurs essais de volume sont entrepris.
  • Une Reconstruction Tridimensionnelle ou 3D avec le logiciel Crisalix vous permet de visualiser votre nouvelle poitrine sur écran d’ordinateur et aussi sur vous même grâce à des lunettes de réalité augmentée.
  • Les risques post opératoires liés aux implants (coque ou rejet, rupture) sont expliqués au cours de la consultation. Ne pas hésiter à poser des questions au chirurgien qui vous répondra volontiers.
  • À l’issue de cette consultation, un devis vous est délivré avec les ordonnances pour réaliser les examens complémentaires indispensables avant l’intervention. Notamment, vous devez procéder à un examen mammaire par mammographie et/ou échographie.
  • Une deuxième consultation chirurgicale confirme le volume. Elle se fait en présence d’une personne de confiance qui pourra vous aider à faire votre choix. Le chirurgien doit vérifier la totalité de votre bilan au cours de ce rendez-vous.
  • Une consultation de pré anesthésie est obligatoire avant l’anesthésie générale. Elle se déroule à la Polyclinique Saint Laurent 15 jours avant l’opération. Munissez-vous des résultats de vos examens complémentaires.

 

À savoir :

  • Les douches avec le produit moussant antiseptique la veille et le matin de l’intervention sont fondamentales.
  • L’hospitalisation se fait le jour de l’intervention afin de bénéficier d’une surveillance post opératoire et de recevoir les médicaments par voie veineuse qui calmeront la douleur de façon efficace. Vous ressortirez le lendemain.
  • Inutile d’acheter une brassière avant la chirurgie, car le soutien-gorge de maintien vous sera livré dans votre chambre avant votre départ. Il est adapté à vos nouvelles mensurations. Vous le porterez en permanence, nuit et jour, pendant 6 semaines.
  • Le repos est indispensable durant 12 à 15 jours. Sur cette période, une infirmière viendra vous faire des soins à domicile tous les deux jours.
  • Vos bras ne doivent pas être trop sollicités. Pour cela, ne pas hésiter à vous faire aider par votre entourage et à laisser les taches ménagères pour plus tard. Votre priorité est de cicatriser dans de bonnes conditions physiques.
  • La consultation de contrôle a lieu le 15ème jour pour la fin des soins et ensuite le 45ème jour pour débuter les massages de vos prothèses.
  • L’exposition des cicatrices au soleil la première année est interdite. Mais vous pourrez vous baigner avec un maillot de bain dès que votre chirurgien vous l’autorise.
  • Comme pour toute opération, le sport est banni pendant deux mois après la chirurgie.
  • Évitez les soutiens-gorges avec armatures la première année.

Grâce à vos massages et aux soins quotidiens que vous apporterez à votre peau, les seins seront de plus en plus souples au cours des mois qui suivront l’intervention. Leur forme va progressivement changer et elles donneront une allure réellement naturelle.

Pour en savoir plus sur les augmentations mammaires, téléchargez cette fiche pdf

Le résultat définitif pourra être apprécié après une année entière d’évolution, patience !

La surveillance des implants sera indispensable ensuite, avec une consultation tous les 3 ans au moins. Votre chirurgien vous précisera si un examen complémentaire est nécessaire et à quelle fréquence.

Une première échographie des prothèses est recommandée la 7ème année.

Les prothèses mammaires en gel de silicone ne sont pas définitives. N’oubliez pas de prendre rendez-vous régulièrement pour les faire surveiller.

Prendre un rendez-vous avec le Docteur Rostane-Renouard