La rhinoplastie ou la chirurgie du nez

Objectifs de la rhinoplastie

rhinoplastie rennes 2Le but de la rhinoplastie est de modifier la forme du nez dans un but d’amélioration esthétique et parfois fonctionnelle (correction d’une obstruction par déviation de la cloison nasale ou hypertrophie des cornets).

Les déformations du nez peuvent être présentes dès la naissance (congénitales) ou d’origine post traumatiques (après un choc) ou simplement dues au vieillissement.

La rhinoplastie réalise une modification de la charpente ostéo cartilagineuse du nez afin de changer sa morphologie. Il n’y a aucun geste cutané. Des cicatrices intra-narinaires apparaissent. La peau s’adapte à cette nouvelle forme et se redrape naturellement grâce à son élasticité.

La qualité de la peau a donc son importance dans l’obtention du résultat final. Elle peut donc être un élément limitant. Ainsi, le défaut est rapidement visible si la peau trop fine. Mais encore, la correction de la forme est difficile si la peau est très épaisse.

L’objectif est d’obtenir un nez naturel, c’est à dire, qui soit en harmonie avec le reste du visage. Dans le même temps, le résultat doit répondre aux attentes du patient. Ces deux défis sont réalisables grâce aux techniques chirurgicales et aux conseils éclairés du chirurgien.

L’opération peut être associée à une profiloplastie qui consiste à modifier le reste du profil par une génioplastie (modification du menton).

Une rhinoplastie est exceptionnellement prise en charge par l’assurance maladie sous certaines conditions. Notamment, elle est soumise au contrôle médical du médecin-conseil.

Dans certains cas, d’autres techniques moins lourdes peuvent améliorer le profil :

  • Une injection d’acide hyaluronique (cf : Injection de comblement )
  • La lipostructure du nez : elle est réalisée sous simple anesthésie locale. Cette technique simple corrige des défauts assez discrets sur un nez non opéré. Elle est également envisageable après une rhinoplastie pour améliorer et corriger certaines imperfections (bosse légèrement visible, aspérité osseuse ou cartilagineuse, pointe trop fine ou trop anguleuse…).  Une ansellure (nez trop incurvé ) qui gêne ? La lipostructure y mettra fin. Une envie de réduire la visibilité de la bosse ? La lipostructure est une solution judicieuse. L’intervention consiste à remplir, avec un très faible volume d’autogreffe de graisse, l’arête nasale afin de la rendre plus droite. Le relief de la bosse est automatiquement dissimulé. Cette technique simple possède l’avantage d’une autogreffe, donc d’un résultat durable (cf : Lipostructure de la face).

Pour en savoir plus sur la rhinoplastie, téléchargez cette fiche pdf

La consultation pré opératoire avant rhinoplastie

Elle est bien sûr fondamentale et pourra être renouvelée jusqu’à compréhension complète et accord mutuel sur les modifications morphologiques du nez qui seront définitives. Deux ou trois consultations au minimum devront être faites.

L’examen attentif de la pyramide nasale, de l’ensemble du visage, de la ventilation par les orifices narinaires et la prise de plusieurs photos permettront un état des lieux initial précis.

Les motivations et attentes de la patiente ou du patient sont analysées et consignées dans le dossier. Elles feront l’objet d’une discussion précise avec le chirurgien. Il pourra d’abord guider la demande et parfois la modérer. Il peut même déconseiller ou refuser l’intervention dans certains cas, en particulier, si les demandes ou attentes ne sont pas réalistes.

Le résultat escompté sera simulé sur des photos et portraits noir et blanc (que le chirurgien vous prescrira). Ils resteront dans le dossier médical afin d’être affichés en salle d’opération.

Une demande de prise en charge peut être faite dans certains cas exceptionnels.

Cette consultation se déroulera dans mon cabinet, à Rennes (Cliquez ici pour plus de renseignements sur le cabinet).

Déroulement de la rhinoplastie

rhinoplastie rennesL’intervention a lieu sous anesthésie générale. Une nuit d’hospitalisation est nécessaire.

Chaque chirurgien adoptera des procédés techniques codifiés, mais dont l’association lui est propre. Il les adapte à chaque cas pour corriger chacun des défauts et obtenir le résultat convenu.

  • Dans la plupart des cas, les incisions sont intra-narinaires. Toutefois, une voie externe avec une courte cicatrice au niveau de la columelle pourra être utile lorsque l’intervention est difficile, en particulier dans les rhinoplasties secondaires.
  • Les modifications des cartilages de la pointe (pour affiner la pointe), des ailes du nez (cartilage alaire) et de la columelle sont associées à des ostéotomies lorsqu’il faut corriger la bosse ou une arête nasale trop large.
  • Une bosse discrète est traitée à la râpe.
  • Une déviation nasale touchant la pyramide ostéo cartilagineuse nécessite la plupart du temps des ostéotomies associées à la correction de la cloison.
  • Un nez trop large demande une réduction des pieds des ailes du nez. De courtes cicatrices se forment dans cette zone.
  • Parfois, des greffons cartilagineux sont utiles pour combler une dépression, soutenir et projeter la pointe : ils seront prélevés au niveau de la cloison nasale, ou pour les cas plus importants, au niveau du pavillon de l’oreille.
  • Les sutures seront faites avec du fil résorbable.

Suites post opératoires

Des mèches (à base d’algues indolores au retrait) seront laissées en place de 1 à 5 jours.

Un plâtre nasal sera laissé en place 8 à 10 jours et devra être porté la nuit pendant quelques jours encore.

Un traitement antibiotique et anti-inflammatoire vous sera prescrit.

L’œdème des paupières (gonflement) et les ecchymoses peuvent être importants. Ils sont accentués le 2ème et 3ème jour.

Les douleurs sont assez rares. L’impossibilité de respirer par le nez est gênante. Cette gêne persiste jusqu’au retrait des mèches.

Il est recommandé de prendre du repos pendant 8 à 10 jours et d’éviter tout effort. Un arrêt d’activité professionnelle de 15 jours est préférable.

Le retrait du plâtre se fait facilement, car des bandelettes adhérentes (stéristrips) protègent la peau du nez sous le plâtre.

Le nez pourra paraître assez massif au retrait du plâtre du fait de l’œdème. La gêne respiratoire sera encore présente due au gonflement de l’intérieur du nez et aux croûtes qui s’élimineront progressivement.

Le sport est interdit pendant 3 mois.

Le résultat

Vous devrez patienter 2 à 3 mois avant d’avoir un premier aperçu du résultat.

Le résultat définitif sera appréciable après 8 à 10 mois, en particulier au niveau de la pointe, car celle-ci s’assouplit très lentement au cours de la première année.

Le but de cette intervention est d’apporter une amélioration et non pas d’atteindre la perfection. Si vos attentes sont réalistes, le résultat esthétique obtenu devrait vous apporter un bénéfice psychologique important.

Les imperfections de résultat

Elles peuvent être dues à des phénomènes cicatriciels (cal osseux hypertrophique, fibrose rétractile, récidive partielle d’une déviation nasale, déplacement secondaire).

Elles peuvent faire l’objet d’une retouche chirurgicale beaucoup plus simple que l’intervention initiale. Cette retouche ne pourra être réalisée qu’après assouplissement complet de la cicatrisation des tissus, ce qui demande de patienter 8 à 12 mois.

Le principe de la retouche chirurgicale doit faire partie intégrante de la compréhension de cette chirurgie qui modifie la structure du nez dans les trois plans de l’espace.

Les complications sont rares

Le saignement est possible au cours des premières heures. Il peut justifier un nouveau méchage plus poussé voire une reprise au bloc opératoire.

L’hématome, plus rare, peut nécessiter une évacuation.

L’infection est exceptionnelle, car la prévention par antibiothérapie est systématique.

Prendre un rendez-vous avec le Docteur Rostane-Renouard